Veuillez activer Javascript pour une meilleure lecture!
Après le tritium dans l'eau d'Ile de France, alerte sur le monoxyde de dihydrogène dans le réseau aquifère vendéen

Après le tritium dans l’eau d’Île de France, alerte sur le monoxyde de dihydrogène dans le réseau aquifère vendéen

Actualités, Culture, Société, Tourisme Aucun commentaire sur Après le tritium dans l’eau d’Île de France, alerte sur le monoxyde de dihydrogène dans le réseau aquifère vendéen
Print Friendly, PDF & Email

Les Herbiers – Peu d’informations encore sur cette alerte car toutes les portes des organismes se ferment dès lors que l’on aborde la présence, en grandes quantités, de monoxyde de dihydrogène dans le réseau d’eau potable de Vendée. Après la présence d’un élément radioactif dans l’eau d’Île-de-France, les craintes se tournent maintenant vers ces ions hydronium et hydroxyde qui inquiètent pour la santé des vendéens, petits et grands.

Le secret prévaut actuellement et même les organisations écologistes refusent d’en parler. Pourtant, cet élément chimique, le monoxyde de dihydrogène, se retrouve partout dans les canalisations et même dans l’atmosphère. La canicule actuelle en Vendée fait qu’il se transforme en gaz et affecte cet été tous les habitants du département. On parle même que de grosses quantités se déplacent parfois vers les départements voisins qui, eux aussi, ont relayé discrètement l’alerte. Vendée Eau, le fournisseur vendéen n’a pas souhaité répondre à nos questions, parlant juste de ‘con…ries’ avant de raccrocher violemment. Plusieurs scientifiques indiquent toutefois que cet élément chimique se retrouve un peu partout. Des analyses montrent sa présence dans le corps des enfants, et même des bébés, que de grandes quantités sont contenues dans le sous-sol du département dont les autorités, visiblement, n’envisagent pas la moindre action. Les agriculteurs le répandent en permanence à tel point que les cultures en sont couvertes et, là non plus, les organismes officiels ne semblent pas vouloir prendre les mesures nécessaires. Toutefois, et grâce à la canicule actuelle de l’été, sa concentration est globalement moins élevée qu’à l’habitude.

La population doit savoir que ce que les scientifiques britanniques appellent le DHMO (Dihydrogen Monoxide) présente d’importants risques pour la santé. A l’état solide, il peut entraîner des nécroses, des brûlures graves sous forme de vapeur et des suffocations provoquant la mort sous sa forme liquide. Il a de graves conséquences sur l’environnement car il est l’élément principal des pluies acides et contribue fortement à l’érosion. Si vous avez été en contact avec ce produit, utilisé comme solvant par l’industrie chimique, allez voir votre médecin dans les plus brefs délais.



Article Liés

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
La date de nos articles est bloquée au 1er Avril, sauf le 1er Avril où elle passe au 32 Mars. Tous nos articles sont ©radiomogette et ne peuvent être reproduits librement.
Suivez-nous sur FB ou Twitter. C'est gratuit. Sinon, nous enverrons des démarcheurs des Témoins de Jéhovah chez vous.

Retour à l'Accueil

Bear