Veuillez activer Javascript pour une meilleure lecture!
prefou

Trop d’ail dans le préfou : une famille de parisiens échappe de peu à la mort

Actualités, Culture, Société, Tourisme Aucun commentaire sur Trop d’ail dans le préfou : une famille de parisiens échappe de peu à la mort
Print Friendly, PDF & Email

Saint-Julien des Landes, petite bourgade tranquille vendéenne. Il est 18h04, ce samedi lorsque ce couple de parisiens s’installe pour son premier « apéro » des vacances. Ils ont tout acheté pour réaliser eux même leur premier préfou vendéen, mais l’aventure culinaire tourne rapidement à l’enfer. Avec les flammes et les brûlures.

Le préfou vendéen est connu pour être très agressif, notamment pour les palais étrangers au département. Il est même positionné dans la partie haute de l’échelle de Scoville, élément de mesure scientifique qui répertorie les aliments les plus piquants. Autant dire que ça « arrache » et que le dosage de l’ail revêt une importance capitale pour le goût et la survie de celui qui va l’ingérer. C’est ce dosage mal réalisé qui a conduit toute la famille de vacanciers, quelques heures après la consommation du préfou en question, à demander de l’aide au voisinage, lui même déjà alerté en début de soirée par les forts relents d’ails sentis à plusieurs kilomètres aux alentours.

Pris de convulsions, vomissements, nausées, les cinq parisiens ont ressenti de fortes douleurs dans la nuque, dans le cou, accompagnées de migraines foudroyantes de quelques secondes qui les laissaient complètement KO. Toute la famille a été admise aux urgences. La priorité étant la gestion de l’haleine, la famille a été intubée en menthol et dentifrice dès son arrivée. Après ces examens, un syndrome de Boerhaave a été diagnostiqué. Verdict : perforation spontanée de l’œsophage. Cinq semaines plus tard, et grâce à un traitement novateur à base de bière locale, de choux et de berniques, lors de l’examen de contrôle, les œsophages avaient repris leur constitution normale.

Le préfou vendéen, s’il est mal dosé, a un degré de brûlure (à ce niveau, on ne parle plus de chaleur mais de brûlure) supérieur à 1.000.000 unités Scoville (SHU). Il est deux fois plus fort que les fameux piments les plus forts du monde. Pour avoir une idée de comparaison, la sauce Tabasco se situe entre 3.500 et 8.000 SHU. Pour les médecins, ce cas de brûlure est inédit et il sert de mise en garde : les préfous peuvent être mortellement dangereux.



Article Liés

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
La date de nos articles est bloquée au 1er Avril, sauf le 1er Avril où elle passe au 32 Mars. Tous nos articles sont ©radiomogette et ne peuvent être reproduits librement.
Suivez-nous sur FB ou Twitter. C'est gratuit. Sinon, nous enverrons des démarcheurs des Témoins de Jéhovah chez vous.

Retour à l'Accueil

Bear